2 réflexions au sujet de « Les ajummas, vous connaissez ? »

  1. J’ai eu une expérience un peu marrante avec une ajumma un jour. J’étais au restaurant avec une amie (coréenne), et deux ajummas sont arrivées à la table à côté. L’une des deux commence à me parler en konglish « Oh ! Handsome boy ! Handsome boy ! ». Je souris et la remercie, j’ai l’habitude que l’on me dise ça de façon tout à fait naturelle lorsque je rencontre quelqu’un (surtout de la part des ajummas), je trouve toujours ça un peu étrange et très gênant, mais je m’y fais. Mais cette ajumma en question n’en a pas fini avec moi et après le contrôle policier de routine (veuillez décliner votre âge et votre nationalité s’il vous plaît) m’affirme qu’elle « like handsome boys ». Et de continuer de me parler et me répéter qu’elle aime les jolis garçons. À côté de moi mon amie est écroulée de rire et le cuisinier ainsi qu’un autre client sourient en coin. À ce moment-là, je trouve que la conversation ressemble fortement à une invitation de cougar. Malgré tout, une fois sortis du restaurant, je demande à mon amie si c’était réellement une invitation à passer un moment sportif chez l’ajumma, mais d’après elle, non, c’était juste une constatation du fait qu’elle me trouvait agréable à regarder. Après réflexion, elle pensait peut-être que j’étais en couple avec mon amie et voulait montrer son approbation, mais je crois que je ne le saurai jamais. En France, la même situation aurait inévitablement été interprété comme de la drague ouverte, mais il faut croire qu’en Corée, pas nécessairement.
    Une autre fois, dans le bus, je me suis retrouvé à côté d’une ajumma. Elle commence à me parler un peu, puis s’attarde sur mon pantalon (je porte des sarwels) : me demande si je suis Indien, etc… J’ai l’habitude que mes pantalons suscitent des réactions en Corée (on m’a souvent pris pour un Indien, ou l’on m’a dit qu’ils ressemblaient aux vêtements traditionnels coréens), mais cette ajumma-là est vraiment hypnotisée par ce qu’elle voit, à tel point qu’elle ne peut s’empêcher de toucher et re-toucher le saint Sarwel, et donc de me tripoter la jambe au passage. Moi qui était habitué à la pudeur coréenne (et l’appréciait au plus haut point !), ça m’a fait tout drôle.

    Voilà pour mes petites histoires d’ajummas. Rien de bien méchant pour ma part, surtout quelques moments un peu gênants sur le moment, mais qui m’ont surtout fait sourire. 🙂

    Ah, si, j’ai aussi rencontré une ajumma/halmeoni, voisine d’une ferme dans laquelle je travaillais qui m’a littéralement beuglé dessus en coréen que je devais me couper les cheveux, après m’avoir demandé si j’étais un garçon ou une fille (j’ai les cheveux très longs). À ce moment, mon coréen était très très limité, et je lui avais fait comprendre, mais elle s’énervait de voir que je ne comprenais pas tout ce qu’elle me disait, et puis quand j’ai fini par comprendre (à grands coups de mimes de ciseaux), elle a continué à marmonner, sans doute pour maudire ces 개쌔끼 de dépravés occidentaux qui ne se coupent pas les cheveux et forniquent avant le mariage.

    1. haha pas mal 😀 j’ai aussi eu une mamie qui m’est passée un jour à côté en marmonnant en coréen (pensant que je ne comprendrai pas) « voilà à cause de qui notre pays est complètement perdu… » hahaha j’en suis restée bouche bée ! Y’a pas plus direct. Même sans comprendre le coréen, rien qu’à l’intonation, n’importe qui aurait pu comprendre qu’elle disait un truc méchant, sans oublier le regard haineux, mais ça ne m’est arrivé qu’une fois donc ça va. Merci pour les anecdotes en tout cas, j’adore ce genre d’histoires ! c’est toujours drôle 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

14 929Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress